Bio

1963
Je suis Daniel Wang, fils de Chen-Kuo Wang et Andrée Masson.
Né à Frameries, Belgique, le 13 février 1963

1970
 Je commence à jouer d’un instrument à sept ans, la trompette. Je suis accepté comme élève libre à l’Académie d’Ixelles chez René Renotte. Je fais mes premiers concerts à huit ans à la salle Marcelis et à l’Ancienne Belgique, à l’occasion du nouvel an chinois, accompagné par mon père à la guitare.
1978
 Je m’initie à la guitare électrique et à la batterie grâce à l’esprit de spontanéité qui caractérise la période Punk/New-Wave de cette époque. Je forme mon premier groupe Phallus Band où j’officie à la batterie. 

Avec trois chansons nous faisons notre premier concert parmi d’autres groupes dans un festival, nous aurons deux rappels! Nous jouons régulièrement à Bruxelles et en Wallonie, jusqu’à la séparation du groupe en 1980.

1979
Je rejoins Spermicide, au moment où ils sortent le bien vite banni 45t « Belgique Putain Frigide ».
Spermicide Dan drums

1980
Je rejoins Contingent, avec Eric Lemaître à la guitare, que je retrouverai 15 ans plus tard…

Contingent 1980
Contingent 20 dec 80 @ 1917
1981

Je trouve un boulot de coursier à mi-temps dans la compagnie d’assurances Generali, parallèlement je travaille comme manœuvre (stagehand) à l’Ancienne Belgique, Forest-National ou au Cirque Royal pour le promoteur de concert Sound & Vison, avec Philippe Kopp, Christian « Fletcher », Philippe Lengelée et l’agent/organisateur Herman Schueremans (Rock Werchter).

Je découvre ainsi « l’envers du décor » d’un concert rock. C’est l’époque où des tas de groupes « alternatifs » connaissent un essor fulgurant: U2, Simple Minds, Eurythmics, Tears for Fears,… de clubs intimistes aux grandes salles archi-combles et festivals en quelques années. Ma facilité avec les différents accents des roadies et managers de groupes Anglais , Irlandais, Écossais, Americains me permet de devenir chef d’équipe.

1982
Je fais un concert en Hollande avec Jerry WX (Digital Dance) dans le projet Three Hands.

Mon ami Daniel Rabbinovitch me propose un job sur les marchés avec son stand de maroquinerie. Il joue des percussions dans le groupe Lavvi Ebbel, il a vite fait de m’insérer dans le groupe comme second percu. Je n’avais jamais touché une paire de bongos ou de congas, mais je m’adapte rapidement et hop, me voici en tournée en Flandres et en Hollande, jusqu’à des scènes comme Forest National et le festival Sea Side. Leur manager, Arthur Praet, en voit de toutes les couleurs avec mon comportement parfois chaotique! J’allais le retrouver dans quelques temps…

1983
Renaud Janson crée son studio 16 pistes « Team 4 Action » à Bruxelles, c’est le premier propriétaire de l’échantilloneur Emulator et du Oberheim system (synthé Ob8/séquenceur DSX/boîte à rythmes DMX) en Belgique. Grâce à mon ami Philippe Wauquaire, je commence à y travailler comme ingénieur du son et programmeur DMX (Cette boîte à rythmes digitale est reconnaissable sur les morceaux de  Herbie Hancock’s « Rock It » ou de Grandmaster Flash « The Message »).

1984
Ma première session de studio à la batterie! Michel Clair, que j’ai connu comme « Michel l’Object » dans le groupe punk Actors, m’invite dans son projet de répertoire de chansons soul en français, composées avec son ami Alain Berliner à la guitare. Il se fait produire par le team « WHAR » (Nicolas Fransolet et Kris Debuscher, guitaristes de Allez-Allez), il a besoin d’une section rythmique. Le bassiste Datcha Ribeiro est engagé, il joue dans le groupe Seven Roots, dans lequel Sonia « Viktor Lazlo » Dronier chante, et il nous amène leur claviériste Gwenaël Micault.

Je rejoins (presque) Front 242! Je reçois un appel de Daniel B. :

-« Tu fais quelque chose actuellement? »

-« Non »

-« Bien, tu es le nouveau batteur de Front alors, nous allons faire deux concerts à l’AB puis nous partons en tournée aux USA, prépare ton visa! »

-« …? »

Front 242 Suite
1985

Je deviens batteur de Blaine L. Reininger

1986
En février, Blaine L. Reininger & Linear B enregistrent un album en public lors de deux concerts au Beurschouwburg de Bruxelles.

1987
Je fais un concert avec les Wild Ones au Kultuurkafe de la VUB.

1989
Didier Odieu a l’opportunité de jouer dans un festival à Tignes (F) mais il a mis ses musiciens en congé, il me demande de former en urgence une section rythmique avec Christian Genêt à la basse.

1991
Je rejoins une formule Big-Band du groupe Pop Avant-Garde Arbeid Adelt.

Arbeid Adelt 1991
1992
Je deviens le 8e batteur de  La Muerte. Nous tournons en Suisse, France, Hollande et Belgique.

1994

16 janvier, le dernier concert de La Muerte est enregistré au Kaaitheater de Bruxelles, il paraît sur le CD « Raw »

Je me consacre à mon projet WangWay et je forme un trio pour la scène, avec Patrick Dorcéan à la batterie, les bassistes Fred, Thierry Rombeaux et Patrick Leboucher se succéderons à la basse.

1995

Arthur Praet, manager de Lavvi Ebbel et Blaine Reininger, me contacte en tant que directeur de la firme de disques Dureco, il m’engage comme représentant et me voici avec un emploi plein temps sur les routes de Belgique et du Luxembourg.

1996
Je rejoins PPz30 à la guitare, remplaçant Jean-Luc « Monster » Guyot, lorsque le groupe finit l’enregistrement de leur deuxième album « Sweet Smell of SuckSess » et sortent le single « Jumpin’ Jehosaphat », qui passe en forte rotation sur les radios des deux côtés du pays.

1997
Nous travaillons sur le nouvel album « This Is Not A Bell », je joue deux fois le même jour au festival de Dour: à la guitare avec PPz30, puis à la batterie pour une résurrection unique de La Muerte.

Octobre, Halles de Schaerbeek, Vincent Patar et Stéphane Aubier organisent un des « Dimanche carte blanche » des Halles. Ce sera un hommage à Marc Aryan. Bernard Plouvier crée son « Supergroup » avec Benoît Poelvoorde, Pipou et moi-même pour interpréter « Bonsoir, jolie Lady »…

1999
PPz30 rejoins le label Carbon7 et s’associe avec André Gielen pour produire le quatrième album du groupe « Beautifuel ».

2001
Je quitte mon travail de représentant en disques.

2003
Je quitte PPz30 et me concentre sur mon projet WangWay. J’envoie ma demo à la plupart des labels,de disques, rien ne ressort de cela.

2006

Marko Laguna (La Muerte) réalise un documentaire « The Swinging Lust World of John Phillip Law », sur l’acteur qui a interprété entre autres le personnage de Diabolik dans le film de Mario Bava « Danger: Diabolik » et il crée le concept Kriminal Hammond Inferno avec Simon « Diabolix » Rigot à l’Hammond B3 et moi en « Kriminal » à la batterie, pour agrémenter la présentation de ses projections. Nous faisons un concert sans projection à Bruxelles puis à Rome, au Micca Club pour la présentation officielle du documentaire.

2007
John Baine (aka Attila the Stockbroker), premier bassiste de Contingent in 1979, me retrouve sur internet. Je le remets en contact avec Bob et Éric alors qu’il se prepare à venir jouer à Bruxelles. Il nous propose de reformer Contingent pour l’occasion, ne fut-ce que pour s’amuser.

Nous faisons un très bon concert au Magasin 4, partageant l’affiche avec le groupe d’Attila Barnstormer, PPz30 qui fête les 15th ans du groupe et Grimskunk, groupe canadien. Ce même soir je joue au Recycl’Art, avec Kriminal Hammond Inferno, pour la projection bruxelloise du documentaire de Marco.
Octobre, Domenico Solazzo me propose un remplacement de dernière minute à la guitare dans son collectif d’improvisation jazz électrique PaNoPTiCoN. Pas de répétition, puisqu’il s’agit de se rencontrer musicalement le soir même et de voir ce qui en ressort!
En route vers de nouvelles aventures sonores au Café Zebra, Domenico me rappellera pour d’autres collaborations, et j’insisterai pour participer à la dernière prestation du projet en janvier 2012, deux jours après le décès d’Éric Lemaître.

2013
En route pour de nouvelles aventures avec les Nervous Shakes, autre groupe de James Neligan, qui remplace Éric dans Contingent. James me demande de les assister pour ne pas rater la première partie de King Khan au Magasin4 et je décide de les accompagner chaque fois que je le peux.

6 réponses sur “Bio”

  1. Etrange de tomber par hasard sur un site mettant en lumière l’existence d’un groupe dont j’avais entendu parler dès 1980, notamment par son hit  » Police controle  », me rappelle également le fameux cuir noir ou blanc, je ne me souviens plus précisément, avec l’inscription  » Rien Niks Nothing  » porté par le  » Chinois  » (((-: et de mon pote d’école Guy Delcroix avec qui j’ai tiré toutes mes primaires à l’école 11 à Schaerbeek et qui vivait lui au 8 de la rue Colonel Bourg. Que d’eau à coulé sous les ponts depuis lors, le kluts, le Central de Gilbert, Pinocchio, le Flamand, Auschwitz, Sarah, le dop ( toujours aussi gentil aujourd’hui !!! ), Bauveroy, tekel, tirette ( RIP ), les quelques soirées déjantées dans l’appartement sous toiture en haut à droite en remontant la rue des Chandeliers dans les Marolles, Eric Lecompte, Axelle Destrooper, Knup, Clément le photographe, bref une génération de personnes qui me rappellent une période de vie depuis longtemps révolue avec ses bons et moins bons côtés, trop de drogues probablement, de l’intolérance souvent. Enfin, autant avoir eu une jeunesse un tant soit peu déjantée qu’une jeunesse enfermée, ça coule de source.
    Bonne continuation et thanks pour le rappel de ces quelques lointains souvenirs !!!

  2. Ne divulgue surtout pas l’adresse de ma coiffeuse hein ! Content de te savoir toujours debout mon ami Paul 😉

    G.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *